Le français est un râleur.
Je suis une raleuse.
Du coup, j'y vais rarement de mon coup de gueule sur ce blog qui est réservé à la couture ! Mais alors des jours comme aujourd'hui, franchement ça fume encore tellement j'ai les boules !

- Toc-toc-toc. Oui mossieur ?
- Bonjour madame, Ne vous inquietez pas ! Je suis enquéteur à la S*frès ; j'ai quelques questions à vous poser-est-ce-que-je-peux-entrer.
- Ha mossieur, je suis désolée, mais je n'ai po le temps maintenant .
- Je vous sors ma carte madame, ne vous inquiétez pas (il se fouille toutes les poches...)
- Je ne suis pas inquiète, mossieur, ne cherchez pas votre carte, c'est inutile (je suis naive, moi)
- Mais si mais si. C'est rapide, j'vous dis, voilà ma carte (il est à 10 m de moi et je suis myope)
- Mossieur, si ça ne vous embete pas trop, je ne prefere pas aujourd'hui, je n'ai po le temps.
- Madame, je vous dis que c'est rapide, y'en a pas pour longtemps et je trouve pas de gens de votre age (??? merci, délicatesse)
- Mossieur, j'entends bien mais je dois partir dans 5 minutes et je n'aurai pas le temps de répondre à un questionnaire (je connais cet organisme, j'ai fait partie du panel pendant presque 10 ans)

- Allez quoi, je trouve pas des gens de votre age (??), y'a personne.
- Oui, je comprends mais "les gens de mon age", ils doivent travailler à cte heure là (15h)
- Ben moi aussi je travaille. Et dites-vous bien ma ptite dame, que c'est des gens comme vous qui font les chomeurs. Et pis, à 15h, hein, être chez vous, c'est facile hein ? (sous entendu, tu glandes et t'as un mari qui bosse pour toi). Continuez à faire des chomeurs, tiens ! Facile pendant que les autres bossent, de rester chez soi !

La colère m'est montée au nez aussi sec. De quel droit il me cause comme ça, cet abruti ?

- Dites donc, Mossieur, quand je travaillerai, cette nuit, vous ferez quoi ??
- Ouiais-ouiais, aboie t-il, de loin, avec des gestes de la main
- Mossieur, je transmettrai votre remarque à la S*frès, pas de soucis, concernant les chomeurs
- Mais bien sur, madame, si vous avez le pouvoir, allez-y, faites-moi virer !
- ha non mossieur, je n'ai pas ce pouvoir et je n'en veux surtout pas mais vous non plus, vous n'en avez pas (je lui renvoie son compliment, j'en veux pas !)
- oui-oui, mais si vous avez le pouvoir, allez-y, d'ailleurs vous ne l'avez pas, le pouvoir !
- Mais vous non plus mossieur vous ne l'avez pas (mais il se prend pour qui ??????)

Entre temps est arrivé un autre gars qui assistait à cet échange. Il était stupéfait d'une telle attitude !

J'ai tenu parole et j'ai informé cette grande société de l'attitude agressive de son enquéteur ; je trouve inacceptale de se faire traiter comme ça, parce qu'on est une femme : Vous ne m'enleverez pas de la tete que ça se serait passé autrement face à un homme.

Je reste persuadée que tout ça n'est qu'une question de pouvoir et de machisme. Je suis très (trop) souvent confrontée à cette attitude lache et stérile, sur mon lieu de travail (pas plus tard qu'il y a deux semaines !).

Je serai curieuse de connaitre votre réaction et votre analyse....